Historique de l’orpaillage moderne en Ariége

à lire historique de l’orpaillage aux siècles derniers en Ariège.
Depuis plus de quarante ans, l’orpaillage, c’est-à-dire la recherche artisanale de l’or en rivière, connaît un regain d’intérêt en France.
Ce renouveau est dû à Jean-Claude Lefaucheur grâce à son livre  » Chercheur d’or en France » paru en 1976, qui a relancé l’activité.

Jean-Claude Lefaucheur orpaillait à Caumont en Ariège et avait constaté que la sablière à proximité extrayait beaucoup de sable et il s’est demandé s’il pouvait y mettre un système de récupération des paillettes d’or. Finalement, après plusieurs essais, il a opté, pour mettre des moquettes sur le canal de lavage du sable. Il est ensuite parti dans le Gard, faire la même chose sur d’autres sablières et a été largement imité. Il faut dire qu’il donnait tous les secrets dans son livre. C’est le premier qui a eu l’idée de mettre les paillettes d’or dans des petits pendentifs en verre.
N’oublions pas Henri Tabarant, qui avait conseillé JC LeFaucheur, et qui avait édité un fascicule. « Au Pays des Hommes et du Fer« .
Une des associées de JC leFaucheur,  Cathou Massat  a continuée à faire des stages.

à la suite du livre, en été 1981, il y a eu un petit engouement pour l’orpaillage en Ariège, un nouveau  gold rush éphémère. C’est par dizaine que les apprentis orpailleurs venaient en Ariège chercher fortune, sans grand succès.
Surfant sur cet engouement, la CCI de l’Ariège dans les années 1982 a organisé des sessions de stages d’orpaillage touristique.
Notre association (Ariégeoise) l’Association de minéralogie du Couserans puis Oriège (ça sonnait mieux), créée en 1982, a aussi fait connaitre l’activité par l’organisation d’animations, de journées,  de stages d’initiation à l’orpaillage  ( 6 ans) et d’articles dans la presse spécialisée   entre autres Pour la Science 1986.

Vers la même époque (1986), l’orpaillage-loisirs devenant à la mode et à l’instar d’autres pays, sont apparus en France les championnats d’orpaillage , organisés par la FFOR.

Ce loisirs s’est ensuite répandu en France, dans les autres régions contenant des rivières aurifères. Principalement le Gard ou il y avait à l’époque de construction des stations balnéaires (Grande Motte) 96 sablières qui extraient du sable. Par leurs creusements, elles ont mis à jour beaucoup de zones aurifères enfouies. La plupart des sablières avaient des moquettes installées par des orpailleurs pour récolter l’or du sable extrait.

Il y a eu en Ariège quelques chercheurs d’or professionnels utilisant des « dragues suceuses ». Petites dragues hydrauliques marchant avec une motopompe et aspirant le gravier. Ils faisaient aussi des stages en complément. Un des derniers : autorisé le 22 mai 2017 puis  abrogé, 8 mois après,  le 22 janvier 2018, surement sous la pression d’associations écologistes.

En Ariège, ça s’était calmé et un engouement s’est à nouveau enclenché  depuis quelques années. Une nouvelle « ruée vers l’or », comme en 1981. Suite à quelques « incidents » entre orpailleurs, la préfecture de l’Ariège, a mis en place des autorisations nominatives avec des règles spécifiques (zone, matériel). Malgré qu’il y ait un peu plus d’une centaine de demandes d’autorisations, la ruée n’a pas eu lieu et à peine une à deux dizaines  de personnes se retrouvent, en même temps, à orpailler pendant les vacances et les weekends. Les orpailleurs vont généralement dans les endroits connus depuis la relance de 1981. Des failles et des plages à teneur moyenne. Un prospecteur a fait une carte des coins aurifères du Salat.

Ruée vers l’or, foule, comme on la vu écrit dans certains articles. Il y a 30 à 50 prospecteurs au grand maximum qui viennent tout l’été, on est loin d’une ruée, c’est un loisir marginal.

Il y a eu,  de tout temps, deux catégories, deux styles,  de chercheurs d’or. Les médiatiques, qui vendaient des livres, du matériel, des pendentifs, des stages et qui avaient besoin des médias pour leurs promotions. Et les autres plus discrets. Les placeurs de moquettes sur les sablières étant évidement dans la deuxième catégorie. Les plongeurs en sniping aussi.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *